Skip to content

Comment ne plus être un fragile

ne plus être fragile, devenir fort, ne plus se laisser marcher sur les pieds, s'imposer
À vous de voir si vous préférez être le maillet ou l’œuf. En ce qui me concerne, j’ai tout de même une petite préférence pour le maillet. Mais loin de moi l’idée de vous influencer dans votre choix.

Alors dites-moi tout, vous avez cliqué sur cet article par curiosité ou parce que vous vous sentez concernés ? Non je plaisante, il n’y a pas de honte, vous avez le droit d’être des fragiles. C’est déjà bien que vous en ayez conscience, et que vous souhaitez vous débarrasser de cette maladie virale qui n’a pas grand chose à envier à la peste. Ce n’est même plus les os de verre là, c’est les os en papier !

Le fragile est un spécimen pas forcément rare, on le caractérise notamment par sa tendance à tout dramatiser comme s’il était bloqué dans une pièce de théâtre, son incapacité à se battre face à l’existence, ses plaintes incessantes, sa tendance à fuir, mais aussi par ses nombreuses manières, parce que oui il faut dire qu’il est tout de même très capricieux. Son cri d’animal n’est autre que « Ouin ouin ouin », autrement dit le chouinement !

Oh ça va les fragiles, je plaisante. Pas besoin d’être sur le qui-vive comme si la fin du monde venait d’être annoncée sur BFMTV. Vous êtes peinard sur votre siège, arrêtez de suer comme si vous étiez dans une tranchée. Je ne cherche pas à vous malaxer le cerveau.

Bon je l’admets, ce n’est pas impossible que mon texte vous fasse l’effet d’un ouragan et que vous vous retrouvez sans dessus dessous, mais n’oubliez pas que mon but c’est de vous apporter un coup de pouce. Je devrais peut-être mettre un avertissement avant d’aller plus loin, je me tâte… Attention aux âmes sensibles ! Si ça peut vous rassurer, parce que vous voyez je ne suis pas non plus totalement bourrin, sachez que j’écris ce texte en rigolant.

Rappelez-vous que je suis là pour vous encourager à devenir un peu plus robustes ! Je ne compte pas vous suggérer de boire de la redbull, mais plutôt de réveiller le colosse qu’il y a en vous ! Mais il faut que vous y mettiez un peu du votre, car je ne fais que m’adresser à votre bonne volonté. Si vous êtes déjà en train d’éprouver de l’aigreur à l’égard de mes mots comme s’ils menaçaient votre équilibre mental, je ne vais pas pouvoir faire grand chose pour vous. Je vous propose de prendre un bon bain chaud tout en buvant un thé, et de revenir lorsque vous serez un peu plus détendus.

Une société fragilisée

Il faut le dire, le fragile est un phénomène de mode, nous vivons dans une société où il y a tout de même beaucoup de fragiles au km2. Qui ose encore dire ce qu’il pense ? Il en faut peu pour choquer l’opinion public, pour passer pour un personnage grossier, un goujat, voir pour l’incarnation du mal. Il suffit de dire « flûte ! » pour être perçu comme un monstre prêt à anéantir l’espère humaine.

Si vous en avez marre d’être des fragiles, ne vous laissez plus gangrener par la peur qui est si commune à cette société dans laquelle nous vivons ! Toutes ces barrières artificielles que l’on cherche à construire pour avoir un semblant de sécurité ne sont rien de plus que des manières d’entretenir la peur. Car pour vaincre sa peur, il ne faut pas chercher à la fuir, mais à s’y confronter. La peur ne vient pas de l’extérieur, elle vient de soi ! Donc même si le fragile se réfugie dans un bunker au fin-fond du pôle nord, il trouvera toujours des prétextes pour alimenter sa peur tant qu’il ne se sera pas décidé à l’affronter loyalement.

Pour être bien vu par ses pairs, il faut se comporter sans jamais déborder tel un névrosé qui fait un coloriage. Ce qui donne lieue à une hypocrisie ambiante qui sécurise les fragiles. Et on appelle cela le respect ! Les troubles-fêtes qui osent ne sont pas toujours les bienvenus. Et malgré toutes les manières luxueuses dont on fait preuve, la chaleur humaine est loin d’être caniculaire ! Eh oui mes chers, ce n’est pas parce vous faites la courbette devant votre supérieur et que vous ne faites jamais transparaître votre colère en public que vous êtes respectueux !

Dans les pays occidentaux où l’on vit, la sécurité et le confort passent avant tout, quitte à négliger les valeurs humaines. C’est ainsi que prennent naissance une flopée de fragiles qui vivent dans la peur du berceau à la tombe. Certains ont tellement peur de tout qu’ils préfèrent s’effacer plutôt que de combattre contre leurs craintes, c’est triste. On est pas en train de jouer à cache-cache là, pas besoin de rester plus longtemps dans votre buisson ! Le masque que vous portez constamment sur votre visage, est-ce pour dissimuler votre herpès ?

Dans les milieux bourgeois, il n’est pas rare de tomber sur des types tout coincés, qui se sentent vite en danger tels des élans en territoire inconnu et qui savent à peine rigoler d’eux-mêmes, malgré leur ceinture dixième Dan en calembours. Tous ceux qui ne se plient pas à leurs petits codes sont taxés de sauvages sortis tout droit des cavernes. Mais qu’ils sachent que même si les sauvages mangent avec les doigts, qu’ils sentent le rat mort et qu’ils n’ont pas les manières de la haute, ils ont le mérite d’être moins hypocrites que ces types des milieux mondains qui se sentent constamment agressés comme une fourmi qui se barre avec la dernière miette de pain.

On reconnaît par ailleurs un fragile à sa capacité à se camoufler, à faire comme les autres pour éviter de blesser. Il sait être complaisant envers tous. C’est sûr que niveau eau dans le vin, le fragile sait y faire. Même un chocolat à la liqueur est plus alcoolisé que la bouteille de vin du fragile. Mais croyez-vous qu’il fait le caméléon parce qu’il veut vraiment le bien de son prochain ? Ou bien parce qu’il a peur de sa réaction et qu’il cherche à s’en protéger en lui plaisant telle une coquette ? Perso, je pencherais plutôt pour la deuxième réponse. Mais sachez qu’en cherchant à plaire à tout le monde quitte à renier celui que vous êtes au fond, quitte à cracher sur votre véritable identité, vous ne serez jamais rien de plus que l’ombre de vous-mêmes. Respecter autrui, ça commence par ne plus en avoir peur.

Le fragile qui s’assume

Je vais commencer par adresser un message aux fragiles qui ont consciences de l’être ! Franchement, chapeau les gars, vous avez déjà fait un grand pas en avant. Alors certes vous n’êtes pas encore des mastodontes en acier, mais franchement à partir du moment où vous êtes capables de vous dire « Ah merde je suis fragile enfaîte », c’est clairement que vous êtes en mesure de devenir plus forts. Alors je vous encourage à avancer sur la voie du guerrier.

C’est bien d’en rigoler, mais j’espère que vous faites des efforts pour devenir un peu plus coriaces ! Parce que si vous ne faites pas d’efforts pour changer et que ce statut ne vous déplaît pas, c’est un peu comme se dire « Je suis une victime et fier de l’être ! » S’il suffit d’une pichenette pour vous mettre KO, ce n’est pas ce qu’il y a de plus classe quoi. Après c’est vous qui voyez.

Je m’adresse à ceux qui veulent changer et qui savent qu’il y a tout benef à devenir un peu plus solide. Ce qui signifie entre autre, être plus vrai, plus élégant, plus franc, savoir prendre sur soi, ou encore ne plus se comporter comme une victime ! Commencez par arrêter de vous dire que vous n’êtes pas un leader dans l’âme.

Je m’adresse aussi aux filles, mais attention, je ne suis pas en train de vous inciter à vous métamorphoser en Amélie Mauresmo ni de devenir des femmes à barbe viriles ! Mais apprenez au moins à ne plus vous laisser faire, car ce n’est franchement pas ce qu’il y a de plus sexy les nanas dociles.

Ne plus être un fragile, c’est déjà s’imposer tel que l’on est, avoir des valeurs. Quitte à ce que votre voisin vous targue d’avoir une attitude suspecte. Parce que oui quelqu’un qui ose est une espèce menaçante pour ceux qui ont décidés de ne pas être et qui se plient quotidiennement à ce que l’on exige d’eux.

Soyez fiers de vous ! Il n’y a par ailleurs rien de mal à être fier de soi, il ne s’agit pas pour autant de crier sur tous les toits que l’on est l’élu. Mais un peu d’arrogance ça ne fait pas de mal de temps en temps, même si les fragiles seront jaloux ! Parce que la fausse modestie du fragile qui tend à s’auto-rabaisser en permanence, ça manque un peu de piment.

Le fragile qui ne s’assume pas

Mais le fragile n’a malheureusement que rarement conscience de sa pathologie ! Il pourrait au moins se dire « tiens je suis fragile, je devrais songer à devenir un peu plus fort quitte à prendre exemple sur les vikings ! Si je rentre dans l’arène de la vie comme ça, je crois que je vais faire un malaise, le samu va devoir m’évacuer d’urgence devant le public, la honte… », mais non même pas !

Le fragile qui ne s’assume pas n’est autre que celui qui manie l’art de se faire passer pour la victime ! N’est-il donc pas assez costaud pour porter le poids de sa propre responsabilité ? Alors voilà que l’on a à faire à cette éternelle victime, qui a atterri sur Terre contre sa volonté et qui subit avec un regard passif de bovin les uppercuts du sort et les railleries de ses camarades.

Je me demande presque pourquoi il voue un tel culte à ce statut, ce n’est pas comme si c’était hyper honorable non plus d’être une victime. Mais peut-être bien que ça lui permet de mettre de son côté l’opinion publique, et de coller une mauvaise image à tous ceux qu’il pointe du doigt ! Se faire passer pour la victime, n’est-ce pas une habile manière de fuir en étant déclaré officiellement inapte au combat ?

Arrêtez donc un peu de croire que vous détenez le monopole de la souffrance ! Apprenez à rendre les coups plutôt que de vous plaindre d’en avoir pris ! Montrez donc c’est qui le chef lorsque qu’un tel vous brusque un peu plutôt que de vous vexer et de faire un signe de croix avec vos doigts comme si vous veniez de croiser une entité démoniaque.

Ne cherchez pas à vous faire passer pour la victime en faisant des yeux de biche et tout le tralala, mais plutôt à garder la tête haute ! Pourquoi simulez-vous comme ça, cherchez-vous la validation de l’arbitre ? Ce n’est pas très loyal. Se laisser faire et ensuite accuser l’autre c’est une forme de servitude qui n’est pas jolie jolie à voir. Plutôt que de chercher à inspirer la pitié à votre prochain, je vous recommande plutôt ce truc démodé que l’on appelle la fierté ! Pourquoi ne chercheriez-vous pas désormais à rester debout, à ne jamais montrer vos failles comme le font les samouraïs ?

Conclusion

Le fragile est très toxique malgré son apparence inoffensive. Car plutôt que de prendre sur lui il transmet des ondes négatives dans l’air. Les radiations finissent par faire plus de dégâts que Tchernobyl sur le long terme, sans blague. On parle de la pollution, de la couche d’ozone, du réchauffement climatique, mais croyez-moi, il n’y a pas plus toxique pour l’avenir de la planète que les ondes négatives du fragile. Les écolos devraient peut-être prendre cette menace au sérieux !

Le fragile a peur de tout comme s’il était en permanence sur un Titanic en plein naufrage. Vous n’en avez pas marres d’être flasques comme ça les gars ! Vous voulez ressembler toute votre vie à des blobfishs ? Battez-vous, imposez-vous, faites donc ressortir l’animal qu’il y a en vous ! Apprenez à vous faire respecter et à ne plus vous laisser marcher sur les pieds ! Sinon vos peurs dicteront jusqu’au bout ce que doit être votre existence ! Apprenez donc à rire plutôt que de pleurer et de voir des mauvaises intentions partout ! La vraie modestie commence par là. J’encourage donc tous les fragiles à se rebeller, à se libérer de leurs chaînes, et à prouver ce qu’ils valent vraiment !

Published inUncategorized

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *